L’aubrac

Présentation de l’Aubrac

La région de l’Aubrac est située à cheval sur les départements de la Lozère, du Croix de Saint AndéolCantal et de l’Aveyron.

L’Aubrac doit son nom à l’ancienne dômerie d’Aubrac à 1350 m d’altitude. Aubrac tire son nom de « Alto Braco » qui veut dire « lieu élevé ».

Parce que longtemps isolé, desservi VACHE AUBRAC LOZEREpar des routes étroites et sinueuses, l’Aubrac a su préserver sa nature, son architecture et sa culture.

La plus folklorique des traditions de l’Aubrac est la transhumance.

L’histoire de l’Aubrac

LE BES AUBRAC LOZEREJusqu’aux alentours de l’an 1000, l’Aubrac était couvert de forêts de hêtres et de sapins. Ces bois abritaient des brigands qui y trouvaient la tranquillité et de quoi se cacher. Ceux-ci détroussaient les pélerins venant du Puy-en-Velay et qui utilisaient l’ancienne voie romaine appelée via Agrippa pour se rendre au sanctuaire de Saint-Jacques de Compostelle en Espagne. (…)

Il reste de l’ancien monastère quelques vestiges : l’église romane, un bâtiment du XVe siècle transformé en maison forestière, une tour carrée dite « Tour aux anglais » qui aurait vers 1350 été bâtie pour pour protéger la dômerie des attaques des anglais.

Les moines défrichèrent au fur et à mesure autour de leur abbaye. Ces espaces déboisés étaient trop en altitude pour cultiver de façon rentable des céréales. En revanche, l’herbe poussait bien et était très riche. C’est ainsi que l’élevage a commencé et c’est comme cela qu’est née la race Aubrac : une race rustique, très résistante. (…)

Randonnée AUBRACLe Laguiole est un fromage au lait de vache cru et entier. Il est fabriqué dans les « Mazucs » (burons) répartis dans les pâtures de l’Aubrac. Aujourd’hui deux burons sont ouverts : Buron de Canuc (sur la D15  entre Laguiole et Aubrac) et le Buron du Théron (sur la D219 entre Aubrac et Nasbinals vers St Geniez).

Quant à l’Aligot, lorsque le pèlerin sur la route de St Jacques de Compostelle, arrivait épuisé et affamé, il frappait à la porte de la dômerie et demandait en latin « Aliquid » ce qui signifiait « quelque chose à manger ». Ce terme au travers des ans est devenu aliquot puis en occitan aligot.

Patrimoine de l’Aubrac

Parce que longtemps isolé, desservi par des routes étroites et sinueuses, l’Aubrac a Patrimoine AUBRACsu préserver sa nature, son architecture et sa culture.

Le plateau de l’Aubrac constitue un réservoir très riche et diversifié pour la faune et la flore mais possède également un patrimoine architectural remarquable comme la toute belle église romane du 11ème siècle de Nasbinals et son solide clocher octogonal planté à l’intersection des bras de la croix latine.

Sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle ou sur la Via Agrippa ou bien tout simplement au hasard des chemins, vous découvrirez nombre de ponts, fours à pains, fontaines, croix, ferradous, lavoirs, burons que constituent le petit patrimoine de l’Aubrac.

Traditions en Aubrac

La plus folklorique des traditions de l’Aubrac est la transhumance. Jadis, les troupeaux sauvagesLa Transumance Aubrac, guidés par leur instinct, suivaient la piste des herbages les plus abondants, ils transhumaient vers les pâturages d’altitude du Massif Central. Au fil des millénaires, ils imprimèrent leur empreinte entre taillis et buissons se frayant un chemin, nommé draille.

Plus tard, l’homme devenu pasteur accompagna lui même ses bêtes. Ainsi donc le 25 mai, à la Saint-Urbain, les étables du pays se vidaient, les vaches astiquées, parées de plumets, de pompons, de fleurs, de branchages de rubans, partaient pour l’estive…

AUBRAC LOZEREL’estive durait jusqu’au 13 octobre, jour de la Saint-Guiral. Pendant tout ce temps, vaches et veaux étaient gardés par les buronniers dans des burons : au départ, une simple cabane, elle devient plus solide avec un toit très bas en lauze.

C’est là qu’était fabriqué le Laguiole d’Aubrac, affiné dans la cave du buron. Et pour se désaltérer : le thé d’Aubrac, boisson à base de calment à grandes fleurs (calamitha grandiflora) ou encore la gentiane d’Aubrac, en guise d’apéritif.